GRENOBLE_ondes_electro_magnetiquesCette expérimentation visait à la diminution de l’exposition aux ondes électromagnétiques émises par les antennes relais. Les travaux ont été réalisés de 2010 à 2013, sur les installations de trois opérateurs (BOUYGUES, SFR et ORANGE) et sur des antennes 2G et 3G

État des lieux de l’exposition aux champs électromagnétiques (par simulation informatique)

  • 99,5 % des expositions à 1,5 mètre au-dessus du sol sont inférieur à 1,5 V/m
  • 99,9% des expositions en façades des bâtiments sont inférieur à 2,0 V/m
  • Au sol les niveaux maximum sont de 2,7 V/m et les niveaux moyens sont de 0,4 V/m
  • En façade les niveaux maximum sont de 5,0 V/m et les niveaux moyens sont de 0,3 V/m

Abaissement de l’exposition et conséquences sur la couverture des réseaux 2G et 3G : Sur la zone d’étude, la perte de couverture des réseaux mobiles 2G et 3G oscille entre 36% et62% à l’intérieur des bâtiments (selon les opérateurs

Reconfiguration de la couverture initiale des réseaux mobiles en maintenant une exposition maximale de 0,6 V/m. Il faudrait multiplier le nombre de sites par un facteur au moins égal à 3 (sur la zone d’étude) pour maintenir la couverture initiale.

Simulation de l’impact de la 4G sur l’exposition du public aux champs électromagnétiques. Les niveaux d’exposition augmenteraient d’environ 50%.

Voir également : Grenoble Ville-Santé