Lyon souhaite limiter les espèces animales nuisibles en envahissantes et vectrice.

De nouveaux aménagements, des constructions récentes, la mondialisation des échanges, les besoins de retour de la nature en ville sont autant de facteurs favorisant l’introduction d’espèces nuisibles en milieu urbains :

  • les plans d’eau de la confluence à Lyon 2, lieux de gites idéaux pour les ragondins ;
  • les toits terrasses, pneus usagés sur plot en béton, les stockages d’eau de pluie dans les jardins collectifs et/ou ouvriers, les pots de fleurs dans les cimetières, gites larvaires parfaits pour le moustique tigre.

[Consulter le diaporama]