Depuis 2015, les acteurs des réseaux santé rennais ont souhaité porté une attention sur l’inclusion des habitants lors des rencontres afin de penser la santé et les actions à partir de l’expérience vécue et répondre ainsi mieux à leurs attentes. L’autre objectif poursuivi était de susciter la participative et l’empowerment des habitants dans les projets réalisés dans leurs quartiers.

La participation des habitants revêt diverses formes. Selon les réseaux, selon l’historique et le format du réseau, la participation des habitants a été sollicitée soit dans une démarche ascendante, comme ce fut le cas sur les quartiers de Villejean et du Blosne, soit descendante, à Maurepas, où ce sont les membres (professionnels) du réseau qui ont « invité » les habitants en les reconnaissant en tant qu’experts à venir partager leur travail au sein de l’instance. On retrouve dans les différents quartiers une participation des habitants aux multiples formes (information, consultation, concertation ou co-décisions), qui sont corrélatives à la « maturité » dans l’exercice de participation citoyenne des habitants concernés, même si l’objectif est toujours de favoriser le plus haut niveau d’implication.

Comment les habitants ont été impliqués et quels sont les résultats (à l’heure actuelle) de leur implication 

Sur les quartiers de Villejean et du Blosne, ce sont des habitants du Comité de Quartier déjà inscrit dans une instance de démocratie participative de la Mairie de quartier qui sont impliqués. À Maurepas, c’est un groupe d’habitants mobilisés par l’IREPS Bretagne sur un projet de recherche-action autour de la démocratie sanitaire, qui est venu contribuer ponctuellement au réseau. Sur l’ensemble de ces réseaux des associations d’usagers et/ou d’habitants sont investies.

Eléments de réussite/apprentissage utiles aux autres villes 

La démarche de mobilisation des habitants en vue de leur participation dans les réseaux santé bien-être de la Ville suppose certains pré-requis :
1) parler de la même chose et partager le sens des mots pour éviter les incompréhensions,
2) informer sur l’objet, l’histoire, le sens et les membres du réseau, partager le contexte,

3) favoriser l’écoute souvent bienveillante des « acteurs/professionnels » du réseau et prendre en compte l’expertise vécue au même niveau que l’expertise professionnelle,
4) susciter une confiance réciproque, travailler les relations dans le temps, informer en amont, tenir compte d’une temporalité vécue différente entre professionnels et habitants ….