La Ville de Strasbourg est engagée de longue date en matière de réduction des risques auprès des usagers de drogues ; lors de la précédente campagne municipale, le Maire s’était engagé à expérimenter un projet de salle de consommation à moindres risques dès lors que cela était juridiquement possible. La nouvelle loi de santé publiée en janvier 2016 permet cette expérimentation. Le projet de présentation porte sur :
– le pilotage transversal du projet par le service santé et les interactions avec l’ensemble des services de la Ville concernés ;
– la dimension immobilière et financière du projet, l’interface avec la Direction de la construction et du patrimoine bâti, alors que le service santé n’est naturellement pas un service « bâtisseur » mais de services aux personnes et que le niveau national ne prévoyait aucune source de financement en matière d’investissement ;
– la dimension tranquillité publique : le partenariat interne avec la Délégation sécurité/prévention concernant un projet innovant, sujet à représentations et positionnements parfois perçus comme inconciliables ;
– la dimension communication, avec une volonté de « normaliser » le projet ; le partenariat avec la Direction de territoire concernée et la stratégie de concertation prévue avec les riverains
– la dimension relations internationales, en lien avec la vocation franco-allemande du projet