Dans le cadre du projet d’aménagement du parc du Zénith, la Ville de Lyon a souhaité mettre en œuvre une évaluation d’impact santé (EIS). Celle-ci a été menée par l’ORS Rhône-Alpes et co-financée par la Ville, l’ARS et Santé Publique France. Cette démarche a ainsi pu associer une grande diversité d’acteurs et consulter les habitants de ce quartier pour prendre en compte les questions de santé et de bien-être.
Parmi les nombreux aspects abordés, l’EIS a notamment permis de faire remonter les problématiques liées aux aires de jeux.
Une étude des températures relevées sur le site indique que la zone est plus particulièrement exposée à des pics de température limitant l’utilisation de l’aire de jeu. En conséquence, des recommandations ont été faites pour limiter le phénomène d’ilôt de chaleur urbain, mais aussi limiter les expositions directes au soleil : ajout d’arbres ou modifications des essences pour qu’elles permettent davantage d’ombre ; sélection de mobiliers de jeu en bois plutôt qu’en métal, ajout d’une fontaine d’eau potable et sélection de revêtements de sol clairs mais non éblouissants par exemple. En parallèle, il a été proposé de prévoir une analyse des ombres portées dans le cahier des charges des autres projets d’espaces de jeux de la Ville, permettant ainsi d’améliorer la prise en compte de cette question.
Les échanges avec les habitants ont aussi souligné la faible « marchabilité du quartier » avec deux causes majeures : des difficultés pour se déplacer à pied et à vélo dans le quartier (concurrence piéton/cycliste sur l’usage des voies de circulation, étroitesse des trottoirs et manque de bancs par exemple), ainsi qu’une faible densité de lieux d’intérêt (peu de commerces, rares espaces publics invitant à la promenade ou au sport). En regard, il a été proposé d’installer des passages piétons et d’en sécuriser d’autres par des feux de signalisation, d’adapter ces passages et les trottoirs aux personnes à mobilité réduite, de mettre en place du mobilier public (bancs notamment) qui puissent avoir plusieurs usages, de mieux indiquer le parc et l’aire de jeu et de limiter la vitesse de circulation sur certains tronçons. En parallèle de ces dispositifs facilitant l’accès au parc et à la médiathèque, un ensemble de propositions d’animations a été formulé pour permettre un investissement plus fort de l’espace public (jardin partagé, investissement par les écoles, journées à thème, animations ponctuelles type fête de la musique, etc.).
L’adaptation de ce projet vise à favoriser l’utilisation de l’espace public par les différents groupes sociaux et notamment à en faire un espace plus adapté et plus accessible pour les familles avec jeunes enfants vivant à proximité. Par ailleurs, ce travail était bien plus large que la restitution qui en est faite ici et est consultable sur le site de l’ORS Auvergne-Rhône-Alpes (www.ors-auvergne-rhone-alpes.org). Sans forcément constituer un EIS complet, ce type de démarche peut être appliqué par les différentes collectivités pour permettre que l’espace public soit bénéfique à tous et notamment aux plus jeunes.