plaq_velo_villeLa politique de l’’OMS se fonde sur une appréhension positive et très large de la santé qui la situe bien au-delà de l’absence de maladie. Dans cette conception dynamique et globale, chercher à améliorer la santé pour tous et notamment à réduire les inégalités, c’’est s’attaquer aux déterminants de la santé. Ce sont aux conditions de vie (logement, habitat, transport, nourriture), aux conditions de travail, à la qualité de l’environnement et des relations sociales, à la culture qu’il faut s’intéresser pour développer cette approche qui peut être considérée comme une socio-écologie de la santé.

Promouvoir la santé, c’est une dynamique, et cette dynamique, les villes la possèdent, même si elles ne l’exploitent pas toujours au mieux. Les responsables urbains, dans leur très grande majorité, œœuvrent pour le bien-être, la qualité, la santé de leur ville. Les moyens dont ils disposent leur donnent des atouts particulièrement favorables pour agir dans ce sens et développer la santé urbaine ; ils sont proches des habitants et connaissent bien les conditions de leur vie quotidienne.

Les pouvoirs très étendus, très divers des Maires, permettent à ceux-ci d’agir sur la plupart des éléments de la vie quotidienne des habitants. Ces pouvoirs facilitent la mise en œuvre de démarches concertées et interpartenariales, ce qui est le fondement même de la démarche Ville-Santé.

Le programme Villes-Santé propose donc aux villes considérées comme des organismes vivants, de décider d’agir pour améliorer leur santé et celle de leurs habitants, en envisageant l’environnement comme une ressource fondamentale à protéger et à enrichir de manière solidaire, dans une perspective aussi bien locale que mondiale.

« Penser globalement, agir localement » slogan bien connu, retenu dès l’origine par le projet Ville-Santé et repris pour la Journée Mondiale de l’OMS consacrée au thème « Santé-Environnement ». Le développement du mouvement Villes-Santé, à travers les réseaux, permet d’évoluer en commun dans ce sens.

Le cadre européen pour les Villes-Santé change tous les 5 ans. Chaque phase de cinq ans se concentre sur des thèmes prioritaires de base et est lancée par une déclaration politique et un ensemble d’objectifs stratégiques. L’objectif primordial de la phase V (2009-2013) était la santé et l’équité en santé dans toutes les politiques locales.

 

Consensus de Copenhague entre les maires

Une nouvelle phase pour les Villes-Santé européennes a été ouverte en 2018 avec la signature du Consensus de Copenhague « Une meilleure santé et plus de bonheur dans les villes, pour toutes et tous ». Il a pour vocation de guider les travaux des Villes-Santé de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) jusqu’en 2030.

Les Villes-santé favorisent la santé et le bien-être par la gouvernance, le renforcement du pouvoir d’agir et la participation, la création d’environnements urbains contribuant à l’équité et à la prospérité des habitants, et à l’investissement dans l’humain pour promouvoir la paix sur Terre.

Les Villes-santé donne l’exemple, en luttant contre les inégalités et en promouvant la gouvernance et le leadership en matière de santé et de bien-être par l’innovation, l’échange des savoirs et la diplomatie en santé.

Investir dans les personnes qui composent nos villes : Une Ville-santé donne l’exemple en mettant l’accent sur un développement sociétal à visage humain et en accordant la priorité à l’investissement dans les personnes, pour améliorer l’équité et l’inclusion en renforçant le pouvoir d’agir des habitants.

Aménager des espaces urbains (places/lieux) favorables à la santé et au bien-être : Une Ville-santé donne l’exemple en créant des espaces inclusifs, en tenant compte des environnements sociaux, physiques et culturels dans une approche cohérente ; elle fait la promotion de la santé et du bien-être pour toutes et tous.

Plus de participation et des partenariats pour la santé et le bien-être : Une Ville-santé donne l’exemple en veillant à ce que tous les habitants et toutes les communautés participent aux décisions qui les concernent et ont un impact sur les lieux où ils vivent, s’instruisent, travaillent, s’aiment et se divertissent.

Une prospérité collective accrue et un meilleur accès aux biens et services communs : Une Ville-santé donne l’exemple en s’efforçant d’accroître la prospérité de la communauté et de renforcer ses atouts grâce à une gouvernance des biens et services communs basée sur des valeurs.

Promouvoir la paix et la sécurité grâce  à des sociétés inclusives : Une Ville-santé donne l’exemple en promouvant la paix par le biais de sociétés inclusives qui mettent l’accent sur les lieux, la participation, la prospérité et la planète, tout en plaçant l’individu au centre de toutes les politiques et actions.

Protéger la planète contre la dégradation, notamment par une consommation et une production durables : Une Ville-santé donne l’exemple en veillant à ce que la protection de la planète soit au cœur de toutes ses politiques intérieures et extérieures.

Villes, Santé et climat : une discrète révolution

Charlotte Marchandise a participé avec le Réseau Villes-Santé de l’OMS Europe à la Sixième conférence ministérielle sur l’Environnement et la Santé qui a eu lieu à Ostrava du 13 au 16 juin. A cette occasion, le Réseau Villes-Santé a affirmé son soutien à la Déclaration d’Ostrava (lire la déclaration co-rédigée par le réseau en version française), se réjouissant que pour la première fois les villes soient citées comme des acteurs à part entière, et qu’il y ait une volonté d’intégrer les politiques climatiques et de santé dans une vision globale et dans les actions locales.

OMS Europe – Nouveau cadre politique pour la Région : Santé 2020

En septembre 2012, les 53 pays de la Région européenne ont approuvé un nouveau cadre politique pour la Région : Santé 2020. Ce document porte essentiellement sur l’amélioration de la santé pour tous et la réduction des inégalités en matière de santé, grâce à une meilleure direction des efforts et de la gouvernance pour la santé. Il porte aussi sur les grands problèmes de santé d’aujourd’hui. Il désigne à l’action politique quatre domaines prioritaires :

  • investir dans la santé en adoptant une perspective qui porte sur toute la durée de la vie et responsabiliser les populations ;
  • relever les principaux défis sanitaires de la Région en matière de lutte contre les maladies non transmissibles et transmissibles ;
  • renforcer les systèmes de santé centrés sur la personne, les capacités de santé publique ainsi que la préparation, la surveillance et les interventions en cas de crise ;
  • créer des communautés résilientes et instaurer des environnements de soutien.

Ce document se veut novateur du point de vue des réactions à tous les niveaux et secteurs du gouvernement et de la société, en insistant sur la constitution d’atouts et d’un esprit de résilience au sein des collectivités, sur l’autonomisation et sur la mise en place d’environnements porteurs. Il décrit de façon détaillée les rôles accrus impartis aux services de santé publique et au système de santé.

Santé 2020 a été approuvé sous deux formes :

Mettre en œuvre Santé 2020 dans les pays est désormais le défi ultra-prioritaire de la Région européenne de l’OMS.

Actions des Villes-Santé par thématique

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux!

0000

Traduction du site

    Translate to: