Mobilisation du Réseau

par | Mar 2, 2016

[Déclaration 30/03/2021] – Le Réseau des Villes-santé de l’OMS alerte de l’impact de la crise sanitaire sur la santé mentale des français

Alors que la campagne de vaccination bat son plein, et que les villes sont pleinement investies dans l’ouverture et la gestion des centres de vaccination sur leurs territoires pour faire face aux vagues épidémiques successives, elles font également face à une autre vague : celle de la souffrance psycho-sociale.

Dans cette déclaration de notre Assemblée Générale réunie hier, les Villes-santé rappellent l’urgence de la situation et partagent leurs propositions pour ensemble, répondre aux besoins des habitants et professionnels de nos territoires.

[Télécharger la déclaration]       

[Télécharger le communiqué de presse]

[15 janvier 2021 – Communiqué] Alerte sur la stratégie de vaccination COVID19

Les villes alertent sur la stratégie de vaccination COVID19

Partout en France, les villes se mobilisent en déployant des moyens extraordinaires pour les centres de vaccination qui sont en train d’ouvrir.

Malheureusement, le constat est clair : elles sont empêchées d’ouvrir plus de lignes de vaccination par le manque de doses qui leur sont fournies.

La vaccination est notre principal motif d’espoir de sortie de la pandémie et de protection des personnes âgées et à la santé fragile.

L’engouement des citoyens pour la vaccination doit trouver une réponse claire. Le calendrier de livraison des vaccins et du rythme de vaccination qui en découlent méritent des réponses rapides et transparentes de l’État.

De leur côté, les villes ont démontré une nouvelle fois leur capacité à s’organiser rapidement et elles sont prêtes à le faire encore plus… pourvu qu’elles aient suffisamment de vaccins.

[25/11/2020 – Avis] Le Réseau a rendu un avis sur le PNSE4

Dans le cadre de sa participation au Groupe Santé-Environnement, le Réseau a rendu un avis sur le Plan National Santé-Environnement 4 « Mon environnement, ma santé ». Face au délai très court, l’avis a été écrit à partir d’une consultation de quelques Villes-Santé et à partir des travaux et échanges existants au sein du réseau.

[Télécharger l’avis]

[Novembre 2020] Synthèse des résultats de l’enquête Villes & COVID – Novembre 2020

Retours sur la gestion de crise de l’épidémie de COVID19 par le réseau des Villes-santé de l’OMS

Cette étude est le résultat d’une enquête menée auprès des Villes-santé OMS entre le 21 octobre et le 11 novembre 2020. Cette enquête avait pour objectif de dresser un état des lieux des actions des villes mais aussi d’apporter un premier retour d’expériences sur cette crise sanitaire. Plusieurs axes (forces, actions, faiblesses et recommandations) sont présentés pour apporter un éclairage sur les actions passées et sur les apprentissages pour l’avenir. Les résultats présentés dans ce document ont donné lieu à une série d’échanges thématiques entre les membres du réseau pour prolonger la mobilisation des villes et améliorer l’accompagnement apporté aux habitants de leurs territoires dans ce contexte exceptionnel de crise sanitaire.

[Télécharger la synthèse]

[13/11/2020] Le RfVS publie une tribune concernant l’épidémie de Covid-19

Remettre la santé publique au cœur des débats et des décisions pour une mobilisation efficace face à l’épidémie de COVID-19

Alors que les communes et les intercommunalités ont été tant mobilisées durant la première vague et continuent de l’être toujours plus, nous considérons qu’il est temps de tirer les leçons de la crise sanitaire. Premier constat, la faiblesse structurelle de la santé publique en France nous a rendu plus fragiles face au virus :

  • Le manque d’ambition nationale en termes de prévention et de promotion de la santé ne nous a pas permis de développer une meilleure culture du risque épidémique à l’appui d’actions de prévention précoces à l’arrivée du virus.
  • La gestion comptable et à flux tendus de la santé ont conduit à un manque de personnel pour la préparation, le suivi, le contrôle et la maîtrise du risque infectieux. Le déficit d’effectifs pour faire face aux vagues de la Covid-19, et ce sur tous les aspects de la santé et du soin (personnel médical, paramédical, aides à domicile, personnels de nettoyage), se cumule aux autres besoins en prises en charges médicales. Ceci est lourd de conséquences, entrainant priorisation entre les patients, retards de dépistages notamment sur les cancers, et reprogrammation de consultations importantes dans le suivi des patients.
  • La gestion de crise privilégiant l’approche par restrictions de libertés publiques plutôt que l’approche santé publique a conduit à un retard et un manque de stratégie pour la mise en œuvre du « Tracer Tester Isoler » et n’a pas conduit à une appropriation suffisante par la population de la lutte contre le virus. Si nous continuons sur cette approche, le risque est grand de ne pas venir suffisamment préparés pour l’arrivée du vaccin contre la COVID-19.

Pour une stratégie mettant la santé publique au cœur de la lutte efficace contre la pandémie, nous proposons sans attendre :

*   Une évolution de la gestion de crise pour un pilotage décentralisé à partir de données locales et fiables, à l’appui de l’état des connaissances et du débat scientifiques, des apports de spécialistes et professionnels de santé, élus des collectivités, promoteurs de la santé, acteurs de terrain, pour décider avec l’État et les ARS d’actions adaptées aux réalités des territoires, recherchant l’adhésion de la population et nourrissant les politiques nationales avec lesquelles elles seraient articulées.

*   Des actions volontaristes pour réduire les inégalités sociales, dont les inégalités sociales de santé qui se sont aggravées pendant cette crise. La COVID19, comme d’autres maladies, est une maladie inégalitaire. La fermeture des écoles a renforcé les inégalités entre les enfants et entre les jeunes, les fractures numériques excluent une partie de la population. Ces inégalités rendent notre société plus vulnérable face à des crises futures.

*   La promotion de l’accès aux soins et de la continuité des soins en s’appuyant sur les acteurs de la prévention et de la promotion de la santé, tout en menant la lutte contre les autres grands risques. Il serait ainsi inacceptable que les pénuries de vaccin contre la grippe hivernale viennent aggraver la situation sanitaire du pays.

*   La régulation du confinement pour mettre à distance le risque de « fatigue pandémique » qui réduit l’acceptabilité des mesures de restriction et l’application des gestes de prévention. L’accès aux parcs et jardins, forêts, littoraux et autres espaces naturels au-delà du seul kilomètre et de la seule heure permettrait ainsi de réduire les risques que fait peser le confinement sur la bonne santé mentale, les inégalités relatives aux conditions de logements et de lieux de vie, les risques liés à la sédentarité. La possibilité de visites à un nombre strictement restreint de proches à leur domicile diminuerait également les risques liés à l’isolement.

*   La promotion du sport et de l’activité physique en période de confinement et sous des formes adaptées aux différentes étapes de déconfinement, pour que la sédentarité s’ajoute le moins possible à la dégradation de la santé de la population française causée directement par le virus. De même, promouvoir une bonne alimentation et hygiène de vie et réduire le risque de conduites addictives en période de restrictions est fondamental.

*   La remise à niveau et la valorisation notamment par la formation de l’ensemble des effectifs et moyens dévolus à la santé, en particulier pour les métiers de la santé bien-être et de la santé mentale, pour prendre en compte dès maintenant les grandes fragilités futures que la crise COVID a déjà accentuées.

*   La meilleure reconnaissance de la santé environnementale et du lien entre santé animale et santé humaine par l’approche ‘One health’, et le renforcement de la protection des milieux naturels à l’échelle mondiale alors que la majorité des pandémies sont des zoonoses.

[avril 2020 – Tribune] Le RfVS appelle à un soutien aux dynamiques territoriales de santé dans la gestion de l’épidémie de COVID-19

La crise du Covid-19 met en visibilité les inégalités sociales, économiques et territoriales, elle les exacerbe et les inscrit dans la durée. Pour apporter des réponses pertinentes, les collectivités territoriales, les associations et les acteur·rices locaux·ales sont indispensables et leur action doit être facilitée.

[Télécharger la tribune]

Les Villes-Santé se mobilisent dans un manifeste pour la réduction des ISS

Les Villes-Santé se sont réunies lors du colloque national des Villes-Santé 2019 à Marseille et ont produit un manifeste pour un engagement renforcé de l’Etat dans la lutte contre les inégalités sociales de santé.

Consulter le Manifeste de Marseillle

 

Le RfVS publie une tribune sur les ISS chez l’enfant

Le RfVS appelle les collectivités locales et les services de l’État à lutter activement contre les inégalités sociales de santé dès l’enfance.

Consulter la tribune

 

Le RfVS publie une tribune sur la loi ELAN

Le RfVS s’inquiète des implications de la loi ELAN pour les 208 communes qui possèdent un SCHS.

Consulter la tribune

 

Positionnement des Villes-Santé suite à l’annonce du plan “Ma Santé 2022”

Sept associations nationales de santé publique ont souhaité exprimer leur réaction commune suite à l’annonce du plan “Ma Santé 2022”. Ce communiqué de presse a été co-signé le 19 septembre 2018 par le Réseau français des Villes-Santé de l’OMS, la Fabrique Territoires Santé, la Fédération Nationale d’Education et de promotion de la Santé, l’Institut Renaudot, Elus Santé Publique et Territoires, la Société Française de Santé Environnement et la Société Française de Santé Publique.

Lire le communiqué de presse

 

0

 

 

La santé au-delà des soins : encore un effort !

tribuneLa tribune co-signée par le Réseau français villes-santé de l’OMS, Aides, ESPT, la FNES, l’Institut Renaudot, l’IUHPE, la Plateforme nationale de ressources ASV et la SFSP a été publiée le 24 novembre 2015.

Consulter la tribune

 

 

 

 

 

Loi de modernisation de notre système de santé : mobilisation du Réseau Villes-Santé

lettre aux deputesLes membres du Réseau Villes-Santé ont souhaité à nouveau faire valoir leurs positions en tant que Réseau Villes-Santé pour la deuxième lecture du projet de loi de santé qui va se faire à partir du 16 novembre à l’Assemblée Nationale.
Le Réseau propose que chacun des élus des 85 villes et inter-communalités du RFVS-OMS écrivent aux députés des circonscriptions de leurs villes. Cette démarche est faite avec le réseau Élus Santé Publique & Territoires, qui mobilise ses membres également. Au total, les deux Réseaux ont mobilisé 125 villes pour qu’elles écrivent à leurs députés.

Lire la lettre cosignée des deux présidents envoyée à tous les élus nationaux

Lire la réponse de la Députée de l’Isère

Lire la réponse du Député de Saint-Amand-les-Eaux

 

 

Dépliant de présentation de la loi de santé

Pour tout savoir sur ce que la loi va changer pour vous, vous pouvez consulter la plaquette ci-après élaborée par le Ministère de la santé, cliquer ici.

visuel_depliant loi