Des familles gitanes sédentarisées dans le quartier du Nouveau Logis-Les Pins se trouvent en situation de grande
pauvreté et ont peu accès aux services collectifs urbains. Afin de contribuer à réduire les inégalités d’accès aux
services, un centre social est construit dans le quartier en 2001, sur l’impulsion de la ville. La santé faisant partie
des priorités du contrat de ville, une démarche est mise en place avec l’animatrice santé du CODES.
Pour mobiliser et impliquer les femmes, l’animatrice effectue du porte à porte. Un travail collectif est ensuite
réalisé avec elles pour cibler leurs attentes. Les résultats de cette première étape sont présentés aux conjoints
des femmes participantes et aux hommes influents de la communauté. Le programme d’actions répondant à
leurs besoins est bâti avec les femmes. Depuis maintenant plus de huit ans, des ateliers santé, parcours santé,
séances d’aquagym, ateliers de cuisine, ainsi que des cours d’alphabétisation, sont suivis régulièrement par les
femmes à un rythme hebdomadaire. La finalité de ces ateliers est de construire du sens et de favoriser les
démarches individuelles.
Les animatrices constatent plusieurs résultats encourageants :
➜ Sur le plan individuel : meilleure connaissance de son corps, des pathologies chroniques, et du système de
santé ; amélioration de l’accès au système de soins et aux dépistages ; rapport dédramatisé à la maladie ;
compréhension accrue des traitements médicamenteux qui a permis une baisse significative des antidépresseurs
et une observance mieux respectée ; prise de conscience et changement des habitudes alimentaires
chez certaines femmes.
➜ Sur le plan de la communauté : une affirmation de soi plus forte des femmes avec une prise de parole en
public ; les femmes sortent davantage du quartier ; les hommes expriment des demandes notamment
concernant l’alcool.
➜ Sur l’environnement social : le lien social s’est développé sur le quartier avec une nouvelle mixité culturelle.
Un projet avec d’autres habitants a été mis en place.
Cette action se poursuit dans le cadre du CUCS, en lien avec l’Atelier Santé Ville (ASV).